Sainte-barbe

Contes publié(e) par marcello43
Poeme > Contes > Sainte-barbe
16 Oct 2011 à 23:04 Sainte-barbe

marcello43

Rhône Alpes, FR
Message privé
Poète actif
Poèmes publiés: 100
Commentaires: 0
Votes reçus: 20
Votes distribués: 0
Inscription: 2011-08-22
Bloquer
Gaétan marche pensif le long du Furan
Lançant des brindilles au milieu du courant.
Ce torrent fut longtemps un égout de la ville,
Où l’on rejetait tout, de manière incivile.
Tout à coup, et Gaétan n’en croit pas ses yeux,
Il voit flotter, et c’est incroyable, un crézieu !

Il l’attrape et l’essuie avec délicatesse,
Et là où sortait la flamme, avec prestesse,
Se faufile, dans un tintamarre explosif,
Une fille dans une toge rouge vif.

« Je suis Sainte Barbe, patronne des mineurs,
Et aujourd’hui quatre décembre j’ai l’honneur
De satisfaire n’importe lequel des vœux ».
Gaétan est tout excité, tremblant, nerveux.
Que va-t-il demander : un souhait collectif,
Que les verts, l’ASSE, le groupe sportif
Qu’il soutient, après deux années d’appréhension,
Ne descende pas en seconde division !
Mais les verts n’ont qu’à se sortir seuls du tunnel,
Il préfère émettre un souhait plus personnel.
«De Saint-Etienne, je ne suis jamais sorti
J’ai toujours rêvé d’un voyage à Tahiti.
Seulement, j’ai peur en avion, très belle dame
Et j’ai le mal de mer ; Voilà mon triste drame.
Construisez un pont de Saint-Etienne à Papeete
Qui m’éviterait les trous d’air et les tempêtes,
Et sans utiliser d’avions ni de vaisseaux,
Pourrais m’y rendre avec ma Xsara Picasso. »

Sainte Barbe ne dit rien pendant quelques minutes,
On sent que ce vœu l’embarrasse, la rebute !
Puis elle déclare d’une voix bien attristée :
« C’est inconcevable, pense à la tripotée
D’études, de matériel et de matériaux,
Qu’Eiffage utilisa pour le pont de Millau !
Alors là, pense au béton qu’il faudra couler,
Et aux tonnes d’acier qu’il faudra tréfiler.
Bouygues lui-même trouverait bien trop d’obstacles,
Je suis sainte, mais ne fais pas de tel miracle !
Reste donc dans le domaine du raisonnable,
Demande autre chose, choisis du convenable. »

« Faudrait savoir ! » pense notre ami Gaétan
« Sainte Barbe n’est qu’un vulgaire charlatan,
Un vœu est un vœu et cochon qui s’en dédit ! »
Mais il est docile et compréhensif et dit :
« J’ai vingt cinq ans et n’ai jamais été marié.
J’ai un peu peur des femmes, de les contrarier,
Je suis beau garçon, ne leur suis pas insensible,
Mais je commets trop de bourdes irréversibles.
Alors, ce que je voudrais, c’est bien les comprendre,
Savoir ce que les femmes ressentent, soucieuses,
Ce qu’elles pensent quand elles sont silencieuses,
Savoir pourquoi elles pleurent, puis elles rient,
Bref, je veux tout savoir sur leur psychologie. »

Notre patronne réfléchit un long moment,
On sent bien l’embarras, même l’empêchement.
Puis Sainte Barbe dit sur un ton très courtois :
« Le pont, tu le veux à deux ou quatre voies ? »

"Après trente ans passés à étudier la psychologie féminine, je n'ai toujours pas trouvé de réponse à la grande question : Que veulent-elles au juste ?"

Sigmund Freud

« Moi non plus »
Marcello 13




Poeme publié 16 Oct 2011 à 23:04
+ 1 Vote | Inapproprié? | Citer | Publier un commentaire à ce poème
 
Instruction pour partager ce poème.
Copier et coller le code suivant dans votre blog, site, email ou messagerie instantanée.
Publier un commentaire à ce poème
Message:

Ajouter une photo Ajouter une vidéo
Inscription sur Je Poeme | Conditions d'utilisation | Règles de confidentialité | FAQ | Contact © JePoeme.com, Tous droits réservés