Le port / charles baudelaire

Célèbres publié(e) par Liguster
Poeme > Célèbres > Le port / charles baudelaire
12 Mars 2010 à 17:30 Le port / charles baudelaire

Liguster

Centre, FR
Message privé
Poète actif
Poèmes publiés: 126
Commentaires: 87
Votes reçus: 10
Votes distribués: 6
Inscription: 2010-01-23
Bloquer
Un port est un séjour charmant pour une âme fatiguée des luttes de la vie. L'ampleur du ciel, l'architecture mobile des nuages, les colorations changeantes de la mer, le scintillement des phares, sont un prisme merveilleusement propre à amuser les yeux sans jamais les lasser. Les formes élancées des navires, au gréement compliqué, auxquels la houle imprime des oscillations harmonieuses, servent à entretenir dans l'âme le goût du rythme et de la beauté. Et puis, surtout, il y a une sorte de plaisir mystérieux et aristocratique pour celui qui n'a plus ni curiosité ni ambition, à contempler, couché dans le belvédère ou accoudé sur le môle, tous ces mouvements de ceux qui partent et de ceux qui reviennent, de ceux qui ont encore la force de vouloir, le désir de voyager ou de s'enrichir.

Ch. Baudelaire, Le Spleen de Paris
Poeme publié 12 Mars 2010 à 17:30
+ 1 Vote | Inapproprié? | Citer | Publier un commentaire à ce poème
12 Mars 2010 à 18:01 Re: Le port / charles baudelaire

londine

,
Message privé
Poétesse créative
Poèmes publiés: 214
Commentaires: 9608
Votes reçus: 777
Votes distribués: 365
Inscription: 2008-10-21
Bloquer
Citation du message publié par Liguster

Un port est un séjour charmant pour une âme fatiguée des luttes de la vie. L'ampleur du ciel, l'architecture mobile des nuages, les colorations changeantes de la mer, le scintillement des phares, sont un prisme merveilleusement propre à amuser les yeux sans jamais les lasser. Les formes élancées des navires, au gréement compliqué, auxquels la houle imprime des oscillations harmonieuses, servent à entretenir dans l'âme le goût du rythme et de la beauté. Et puis, surtout, il y a une sorte de plaisir mystérieux et aristocratique pour celui qui n'a plus ni curiosité ni ambition, à contempler, couché dans le belvédère ou accoudé sur le môle, tous ces mouvements de ceux qui partent et de ceux qui reviennent, de ceux qui ont encore la force de vouloir, le désir de voyager ou de s'enrichir.

Ch. Baudelaire, Le Spleen de Paris

Il avait cette force là,
d'aimer écrire "Son Spleen"

Et on ne s'en lasse pas !

Merci !

Ondine°
Poeme publié 12 Mars 2010 à 18:01
+ 1 Vote | Inapproprié? | Citer | Publier un commentaire à ce poème
 
Instruction pour partager ce poème.
Copier et coller le code suivant dans votre blog, site, email ou messagerie instantanée.
Publier un commentaire à ce poème
Message:

Ajouter une photo Ajouter une vidéo
Inscription sur Je Poeme | Conditions d'utilisation | Règles de confidentialité | FAQ | Contact © JePoeme.com, Tous droits réservés